La trace d’un savon, c’est quoi ?

La trace d’un savon, c’est quoi ?

La trace d’un savon est un moment clé dans la réalisation de celui ci, auquel vous êtes forcément confronté.

Mais quand on débute, la trace est un phénomène difficile à saisir, d’autant plus qu’il n’est pas aisé d’en faire la théorie à l’écrit. Des doutes et des questions apparaissent alors :

  • Qu’est ce que c’est, exactement ?
  • Comment être sûr que j’ai bien atteint la trace ?
  • Dois-je m’arrêter à une trace légère ou continuer jusqu’à une trace forte ?
  • Pourquoi ai-je besoin d’une trace plutôt que d’une autre ?

Dans les paragraphes suivants, je vais essayer d’éclaircir tout cela pour vous.

La trace d’un savon, de quoi s’agit il précisément ?

Avant de pouvoir comprendre ce qu’est la trace, vous devez savoir comment on fait du savon (voir l’article à ce sujet ici). Précisément, il faut se rappeler que pour fabriquer du savon, on réalise une réaction de saponification en mélangeant des huiles avec de la soude.

En sachant cela, on peut alors répondre à la question : la trace, c’est quoi ?

La trace est un changement de consistance du mélange huiles + soude, qui indique que ce mélange est bien émulsionné et que la saponification a commencé.

C’est en fait à partir de ce moment que ce qui n’était que des huiles mélangées à de la soude devient une pâte à savon.

Le nom de trace réfère au fait que les gouttes qui tombent de votre mixeur, lorsque vous le faites émerger de la préparation, laissent une trace à la surface du mélange avant de disparaitre. Un peu comme une crème anglaise ou une béchamel.

Pourquoi la trace d’un savon est elle importante ?

La trace est donc un changement de consistance. Mais ce changement n’est pas fixe : c’est en fait un dégradé de consistances, qui évolue si vous poursuivez votre mixage de la pâte à savon.

Ces différentes consistances peuvent vous être utiles, selon ce que vous voulez faire de votre savon maison.

Différentes intensités de traces, pour différents usages

La trace peut être plus ou moins forte : elle commence très légère, à peine différente de la consistance de l’huile, puis s’épaissit graduellement à mesure que vous continuez à mixer, jusqu’à une consistance de mayonnaise, de crème fraiche, voire de purée.

Cette infographie faite par Aroma-zone le montre parfaitement :

Différentes consistances de traces de savon

Comme vous le voyez, la trace que vous souhaitez atteindre dépend de ce que vous voulez faire de votre pâte à savon :

  • Une trace classique permet d’avoir un savon au dessus bien lisse, et de faire des marbrages (mélange de couleurs) dans lesquels les pâtes de couleurs différentes se mélangent follement entre elles.
  • Une trace franche à l’avantage d’être facile à identifier, et permet de faire des marbrages dans lesquels les couleurs se mélangent peu (utiles pour faire de belles couches droites par exemple).
  • Une trace bien épaisse est idéale pour intégrer des inclusions dans votre savon, qui ne couleront alors pas au fond du moule. C’est également une consistance pratique pour texturer le dessus du pain de savon.

Erreurs à éviter : traces trop fines ou trop fortes

Les traces extrêmes, c’est à dire trop légères ou trop épaisses, sont à éviter. En effet :

  • Une trace trop fine peut entrainer un mélange insuffisant entre les huiles et la lessive de soude, ce qui pourrait conduire à un déphasage : une fois en moule, une partie de l’huile du mélange va s’en séparer et remonter à la surface.
  • Une trace trop épaisse peut rendre la pâte à savon difficile à mettre dans son moule. Vous aurez en plus assez de mal à y chasser les bulles d’air : votre savon risque donc d’avoir de petits trous.

Comment préparer la trace quand on fabrique du savon ?

Par “préparer la trace”, je veux dire planifier la trace que l’on veut que sa pâte à savon ait, ainsi que ce qui pourrait la modifier.

C’est une bonne idée de préparer sa trace avant de commencer à faire son savon, afin de ne pas se faire surprendre par une trace qui arriverait trop vite, ou qui serait trop épaisse, ou au contraire qui serait longue à se mettre en place.

Pour cela, deux étapes :

  • Choisir la trace que l’on vise : par exemple plutôt fine ou classique si l’on veut un savon au dessus bien lisse, ou plutôt épaisse si on veut un savon au dessus texturé. Cela peut aussi dépendre de la technique de marbrage que vous souhaitez utiliser pour colorer votre savon de plusieurs couleurs.
Savon coulé avec une trace forte, et savon moulé avec une trace classique.
A gauche, le savon a été moulé avec une trace assez épaisse, permettant de créer de la texture et du relief sur son dessus. A droite, le savon a été coulé dans le moule avec une trace classique : son dessus est donc assez lisse et plat.
  • Vérifier si les ingrédients que l’on utilise modifient ou pas la trace, afin de ne pas ce faire surprendre. En effet, de multiples ingrédients peuvent accélérer l’arrivée de la trace, ou au contraire la retarder. Notamment :
    • L’eau : si votre lessive de soude est faite avec plus d’eau, la trace vient moins vite. Si elle est faite avec moins d’eau (voir réduction d’eau), la trace arrive plus vite.
    • Les huiles : certaines huiles peuvent avoir un effet sur la trace. Par exemple, l’huile de ricin accélère la trace (je me suis encore fait avoir avec ça pas plus tard qu’hier !).
    • Les huiles essentielles et fragrances : si certaines n’ont aucun impact, d’autres peuvent accélérer la trace (HE de basilic et girofle par exemple) ou au contraire la retarder (HE d’orange et d’autres agrumes).

Il ne faut pas hésiter à se renseigner sur les ingrédients que l’on utilise et leur action sur la trace.

Ne pas hésitez à expérimenter

Si la trace vous semblait encore un peu mystérieuse au début de cet article, j’espère que c’est maintenant plus clair dans votre esprit.

Vous allez vraiment apprivoiser la trace par l’expérience. Déjà, après deux ou trois savons, vous arriverez facilement à l’identifier et à la mener là où vous voulez.

Et si cela vous prends un peu plus de temps, ce n’est pas grave ! Ce n’est vraiment l’élément le plus crucial en savonnerie.

Si la lecture de cet article vous fait venir une question sur la trace, n’hésitez pas à la poser là en commentaire !

La bise 😉

Partager l'article :

Laisser un commentaire

Recevez gratuitement l'ebook

Faire son premier savon - le guide pas à pas

+ en bonus : les 5 erreurs évitables de débutant