Le surgraissage d’un savon, c’est quoi ?

Le surgraissage d’un savon, c’est quoi ?

Le surgraissage d’un savon est une pratique qui peut vous faire vous sentir un peu incertain, quand vous vous lancez dans la savonnerie.

Vos recherches sur le sujet vous laissent plein de doute, car même en comprenant que c’est une caractéristique importante à prendre en compte pour faire votre savon, vous n’êtes pas encore bien à l’aise avec.

Pourtant, le surgraissage est simple à appréhender. Voyons donc ce que c’est, ainsi que pourquoi et comment s’en servir.

Qu'est ce que le surgraissage d'un savon saponifié à froid ?

Le surgraissage d’un savon , qu’est-ce que c’est ?

Pour comprendre au mieux ce qu’est un savon surgras, je pense qu’il est de bon ton de faire un rapide rappel de “comment on fait du savon”. Car au final, le surgraissage découle directement de la façon dont on fabrique le savon.

La saponification : un rapide point

J’ai déjà un peu parlé de la saponification dans l’article Le savon, c’est quoi ?. Faisons un résumé de tout cela.

La saponification est le nom de la réaction chimique qui crée le savon. Pour faire cette réaction, il faut mélanger (dans notre cas) du gras (huiles, beurres végétaux ou autres corps gras) et de la soude caustique. Les deux vont réagir pour se transformer en savon.

Réaction de saponification pour faire du savon
Voici le résumé schématique de la réaction de saponification : du gras + de la soude donnent du savon (et de la glycérine)

La saponification est une réaction totale : cela signifie qu’elle se fait jusqu’à ce qu’un des deux réactif (huiles et soude) soit totalement consommé. Quand cela arrive, la réaction s’arrête pour de bon.

Par conséquent, il peut y avoir trois issues différentes à cette réaction, selon la proportion d’huiles et de soude que l’on a mélangée pour fabriquer le savon :

  • Il y avait pile poil autant d’huiles que de soude : la saponification s’arrête car les huiles et la soude viennent à manquer en même temps. Le savon final ne contient donc ni huiles, ni soude.
  • Il y avait plus de soude que d’huiles : la saponification s’arrête car il n’y a plus d’huiles pour réagir avec la soude restante. Le savon final contient donc de la soude caustique (celle restante), ce qui est mal car la soude est corrosive pour la peau.
  • Il y avait plus d’huiles que de soude : la saponification s’arrête car il n’y a plus de soude pour réagir avec les huiles restantes. Le savon final contient donc des huiles (celles restantes), et ça c’est bien, comme vous allez le voir un peu plus bas.

Le surgraissage

Le surgraissage, c’est ce dernier point : quand il reste des huiles dans le savon final.

Autrement dit, un savon surgras est un savon qui contient un pourcentage d’huiles non saponifiées.

Par exemple, si un savon est surgras à 8%, cela signifie que 8% des huiles qui ont servi à le fabriquer n’ont pas été saponifiées et sont toujours dans le savon sous forme d’huile.

Question sémantique, “surgraissage à 8%” et “savon surgras à 8%” ont la même signification.

Maintenant que nous avons éclairci ce qu’était le sugraissage d’un savon, voyons pourquoi il faut le sugraisser.

Pourquoi faut-il surgraisser son savon ?

Le savon artisanal est surgraissé principalement pour deux raisons : par sécurité, et par confort.

Par sécurité

Le danger, dans la fabrication du savon, c’est la soude caustique. C’est donc de la soude que le surgraissage protège. (Plus d’info sur la soude dans cet article dédié)

En effet, rappelez vous ce point concernant la saponification, évoqué plus haut :

Il y avait plus de soude que d’huiles : la saponification s’arrête car il n’y a plus d’huiles pour réagir avec la soude restante. Le savon final contient donc de la soude caustique (celle restante), ce qui est mal car la soude est corrosive pour la peau.

Pictograme du danger corrosif de la soude caustique
La soude caustique est corrosive pour la peau. Personne ne veut un savon contenant encore de la soude !

C’est ce scénario d’un savon contenant de la soude que l’on veut éviter. Car la soude caustique est caustique, c’est à dire qu’elle brûle les tissus organiques. Un savon qui contient de la soude serait donc au mieux irritant, et au pire pourrait créer des lésions sur la peau de qui l’utilise.

C’est pourquoi le dosage de soude pour faire du savon doit être très précis. Or, les balances que l’on utilise sont imprécises et les indices de saponification approximatifs. Ainsi, il nous faut prendre des mesures de précautions pour éviter d’avoir un savon plein de soude.

Comment éviter d’avoir un savon contenant de la soude ? Tout simplement en le surgraissant ! En effet, si on met plus d’huiles que nécessaire dans la recette, la saponification va finir par s’arrêter par manque de soude. Celle ci aura été totalement consommée, l’huile étant en surplus.

Par confort

Par nature, le savon est un détergent qui retire le gras. C’est bien pour ça qu’on s’en sert pour laver et nettoyer, après tout.

Or, la peau est naturellement couverte d’une fine couche de gras qui la protège : c’est le film hydrolipidique (voir wikipedia pour plus d’info à ce sujet).

Ainsi, le savon à naturellement tendance à retirer cette couche de gras protectrice, car il ne fait pas de différence entre ce gras et un autre. La conséquence de cela, c’est soit :

  • De se retrouver avec une peau sèche : car le film hydrolipidique n’est plus là pour la protéger.
  • De se retrouver avec une peau grasse : car l’assèchement rapide subit par la peau va entraîner une trop forte reproduction de gras et de sébum pour reformer cette couche.

Surgraisser son savon permet de limiter ces problèmes, voire d’y pallier totalement. Le surgras rend un savon plus doux et émollient.

En effet, lors de l’utilisation d’un savon surgras, les huiles contenues dans celui-ci vont se déposer sur la peau. Cette dernière restera ainsi protégée et régulée par la couche de gras déposée par le savon, en quelque sorte.

Un savon surgras est agréable et rend heureux
Témoignage pas du tout fictionnel d’un utilisateur de savon surgras.

Le surgras est une des raisons faisant que le savon artisanal est agréable à utiliser, et soulage autant les peaux sèches que les peaux grasses.

Comment surgraisser un savon ?

Vous savez maintenant quoi et pourquoi, alors voyons le comment.

Quel pourcentage de surgras appliquer à son savon ?

En général, les savonniers (amateurs ou non) surgraissent leurs savon entre 5 % et 12 %.

  • Un surgraissage de 5 % est le minimum conseillé, afin de pallier les imprécisions évoquées plus haut et d’être certain d’obtenir un savon qui ne sera pas caustique par excès de soude.
  • Un surgras de 12 % donnera un savon bien plus doux. C’est un maximum que beaucoup essaient de ne pas dépasser car au-dessus, le savon peut sembler “trop gras”, ou gluant quand il est mouillé.

Je vous déconseille de surgraisser à moins de 5 %. En revanche, surgraisser à plus de 12 % est parfois nécessaire.

Le meilleur exemple est celui du savon 100 % coco. Un savon fait uniquement avec de l’huile de coco est très détergeant. Ça décape vraiment la peau ! Pour pallier à cela et lui donner de la douceur, surgraisser à 12 % de suffit pas. Il faut un surgras de 20 à 30 % !

Surgraisser à la trace : la fausse bonne idée

Beaucoup de pratiquants de la saponification à froid (SAF) utilisent le surgraissage à la trace (la trace est un changement de consistance du mélange huiles + soude, qui indique que la réaction de saponification a bien débuté).

C’est à dire que d’abord ils mélangent et mixent les huiles et la soude jusqu’à l’apparition de la trace, puis seulement ils ajoutent au mélange leur huile de surgraissage.

(Conclusion trois sous-parties plus bas, si vous voulez allez droit au but)

L’hypothèse de cette pratique

L’idée derrière cela c’est qu’une fois la trace apparue, la saponification est faite dans la plus grande partie. Ainsi, l’huile (souvent précieuse) ajoutée à la trace ne serait pas saponifiée et c’est elle seule qui formera le surgras du savon.

Tout le monde n’est pas d’accord avec cette hypothèse et cette méthode. Après tout, on sait que la SAF est une réaction lente et qu’il faut laisser au savon 4 à 6 semaines de cure pour qu’elle se finisse. Alors pourquoi croire que l’huile ajoutée à la trace serait épargnée par la saponification ? Le débat à longtemps fait rage parmi les savonniers.

Alors au final, que penser de cette méthode ?

Un élément de réponse fort

En 2007, des élèves du Hampden-Sydney College et leur professeur Kevin M. Dun ont mené l’expérience.

Surgraissage à la trace vs surgraissage par réduction de soude en savonnerie artisanale.
“Surgraissage [à la trace] et réduction de soude”, l’article publié suite à l’expérience menée.

Vous trouverez ici une traduction en français et un résumé de l’article relantant cette expérience. Voici donc un ultra-résumé :

Les élèves ont réalisés plusieurs recettes de savons. Chaque recette a été faite en deux versions : une version A avec surgraissage à la trace, une version B avec surgraisse par réduction de soude.

Une fois les savons saponifiés, les huiles composant le surgras ont été analysées par spectrométrie RMN afin de voir si une différence notable existait entre le surgras des savons version A et version B.

Conclusion : aucune différence notable n’a été relevée. Cela tend à indiquer qu’une huile utilisée en surgraissage à la trace n’est pas plus préservée de la saponification que si elle est mélangée aux autres huiles avant le début de la saponification.

Conclusion sur le surgraissage à la trace

Surgraisser son savon à la trace semble présenter essentiellement des inconvénients :

  • L’huile précieuse utilisée à la trace n’est pas préservée, d’après l’expérience ci-dessus.
  • L’huile ajoutée à la trace peut très bien accélérer cette dernière d’un coup et vous mettre dans de beaux draps.
  • Dans votre lancée, vous prenez le risque d’oublier de surgraisser à la trace, et d’obtenir alors un savon caustique.

Je ne peux donc pas vous recommander d’utiliser cette méthode. Bien que viable, elle plus compliquée pour pas plus de résultat que la suivante.

Surgraisser par réduction de soude

Voila une méthode bien plus simple à mettre en œuvre, et qui produit le même résultat que le surgraissage à la trace. Elle est donc conseillée pour vos savons SAF, à minima pour les premiers.

En quoi consiste le surgraissage par réduction de soude ? Il suffit de réduire la quantité de soude que vous utilisez dans votre recette.

Vous voulez un surgraissage de 5 % ? Diminuez de 5 % la quantité de soude qu’il aurait fallu utiliser pour saponifier toutes vos huiles. Vous voulez un surgraissage de 12 % ? Diminuez de 12 % la quantité de soude qu’il aurait fallu utiliser pour une saponification totale de vos huiles.

Voila pourquoi cette méthode ce nomme réduction de soude : on réduit tout simplement la quantité de soude de la recette.

Exemple concret avec le calculateur mendrulandia

Le calculateur mendrulandia utilise de base le surgraissage par réduction de soude dans ces calculs. Vous n’avez donc rien de spécial à faire pour que cela soit pris en compte.

Par exemple : je fais une recette quelconque sur ce calculateur. La recette n’a pas d’importance : je prends une recette autogénérée par mendrulandia.

Recette de savon maison via calculateur mendrulandia

Je glisse maintenant le curseur Surgraissage à 0 %. Ceci n’est pas à faire en vrai, c’est pour vous montrer la quantité de soude qu’il faudrait pour saponifier toutes les huiles : 101 grammes.

Je glisse ensuite le curseur Surgraissage à 9 % : la quantité de soude à été réduite de 9 % (en passant de 101 à 92 grammes).

Surgraissser un savon par réduction de soude
Surgraissage par réduction de soude : surgraisser à 9% revient à réduire la quantité de soude utilisée de 9% (passage de 101g à 92g).

Voila donc l’exemple concret du principe de surgraissage par réduction de soude : vous mélangez toutes vos huiles ensemble, et vous diminuez votre quantité de soude d’un pourcentage égal au pourcentage de surgraissage souhaité.

Le surgraissage d’un savon, ce n’est pas si compliqué !

J’espère que cet article, un peu fourni, aura pu vous en apprendre plus sur le surgraissage, et surtout vous éclairer sur ce sujet pas si compliqué (même si comme toujours, on peu aller dans le technique).

Après, tout, on peut en faire un résumé assez concis et simple :

  • Le surgraissage désigne le pourcentage d’huiles non saponifiées que contient un savon.
  • Ces huiles se déposent sur la peau lorsqu’on utilise le savon, créant un film protecteur temporaire qui empêche l’épiderme de se dessécher (et éventuellement de se re-graisser en excès ensuite).
  • Pour surgraisser son savon, il vous suffit de calculer combien de soude il vous faudrait pour réaliser la saponification totale de vos huiles, puis de diminuer cette quantité de soude d’un pourcentage égale au surgraissage souhaité.

D’autres interrogations à propos du surgraissage ? Posez les moi en commentaire !

La bise 😉

Partager l'article :

Laisser un commentaire

Recevez gratuitement l'ebook

Faire son premier savon - le guide pas à pas

+ en bonus : les 5 erreurs évitables de débutant